Les blondes aussi, pleurent dans la nuit…

Minuit sous la pluie, une femme fait un signe, le taxi s’arrête dans une flaque d’eau.
…J’ouvre la portière, et il y a cette chanson stupide qui me saute à la figure : “Only you, can make the darkness bright… you’re my dream come true, my one and only you…O o only you…”
…”Oh Jack! Only my ASS, can make my Dream come True”
, je chante par dessus la radio. Il fait une drôle de tête. Aussi parce que cette voix lui dit quelque chose. Alors je me tais.
Je ne suis pas maquillée, j’ai mis une perruque noire. Personne ne me connaît. Comme ça c’est bien.
Je suis dans les vapes et le type me regarde de temps en temps dans le petit miroir. Il est inquiet, je ne sais pas, ça l’excite un peu aussi une femme saoûle dans son taxi, mais il a peur pour ses banquettes en cuir. Il a une patte de lapin qui pendouille, accrochée au petit miroir. On traverse des rues peuplées et aussi des rues toutes seules, et il y a toujours cette pluie fine. Je viens de voir une lame de couteau, qui brillait sur le trottoir luisant. Ca me fait penser à Joe, je ne sais pas pourquoi.  Mais qu’est ce qu’il croit? Il voudrait que je l’aime! Et toi, Mister President? Comment c’est pour toi? Tu parles, il s’en fout pas mal, lui, que je l’aime! Lui, ce qu’il veut, c’est baiser un symbole. Il a raison après tout. Le fric et le pouvoir. Le pouvoir, le fric. Ca lui plait, ces deux grosses mamelles obscènes. A force d’y penser, il a bien fini par y arriver, et maintenant, il les tient dans ses mains. Pour lui c’est clair, au moins!
Et pour moi alors, c’est comment?
Je demande au type dans le petit miroir s’il aimerait bien me baiser. Il ne répond pas.
J’insiste : “C’est qui, que tu voudrais baiser là tout de suite?”
Cette fois il répond. Sans me regarder. Mais dans le rétroviseur j’aperçois sa grimace, le signe d’une intention sans équivoque. Sa voix est aigue, et nasillarde.
“Ben, Marilyn, évidemment!”
“Arrête ! Je descends là.”
Je suis seule sur le trottoir et je vois les lumières rouges qui s’éloignent. Dans la poche de mon trench-coat je sens la petite flasque de Bourbon, elle est encore presque pleine. La pluie me réveille un peu. Je fais signe à un taxi…
“Every Baby needs a Daddy,
Just to keep her worry free…”

*** Petite scène imaginée en écoutant l’émission “2000 ans d’histoire” / France Inter / 26 mars 2007 / Invitée: Anne Plantagenet pour son livre: “Marilyn Monroe” / Gallimard Folio Biographies.

Texte : Belle

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *